PORTRAIT - NADÈGE MEROT - CHARGÉE D’AFFAIRES CHEZ NEXTROAD

09/12/2019

En choisissant les travaux publics, Nadège Mérot savait qu’elle frappait à la bonne porte. Passionnée par les matériaux, cette chimiste de formation s’est très vite spécialisée dans le contrôle des chaussées.

La section neuve de l’A16 est bonne pour le service ! Ainsi pourrait-on résumer le résultat d’une année d’essais réalisés par la société Nextroad, leader de l’expertise routière. Comme l’indique Nadège, « une voie de circulation est une sorte de mille-feuille » ! Les engins de terrassement aménagent les arases, qui donnent son profil à la future voie. La couche de forme, composée de limons traités à la chaux et au liant hydraulique, constitue la plateforme supportant les enrobés. Puis viennent l’assise de chaussée (couche de fondation et couche de base) et, enfin, une fine couche de roulement qui ne dépasse pas 2,5 cm d’épaisseur.

« Mon travail consiste à vérifier que chaque couche répond très précisément aux normes produits et aux critères défini par Sanef. Le comportement des véhicules par temps de pluie ou en cas de freinage d’urgence dépend du type de couche de roulement choisi. Quant aux niveaux inférieurs, ils conditionnent la durabilité de l’ouvrage. »

pola.jpg

pola.jpg, par m.fevrier

Ici, pas de course à la technologie : Nadège évalue la densité des enrobés à l’aide d’un gammadensimètre et la rugosité de la couche de roulement à l’aide de billes de verre qui entrent dans les interstices de l’enrobé. « Pour mesurer la déformation des couches de forme et des arases, on fait rouler un camion chargé de 13 tonnes sur l’essieu arrière. Une poutre métallique permet alors de mesurer leur déformabilité au centième de millimètre ! »

Nadège ne cache pas sa fierté de confronter son expertise aux réalités du terrain. Et contrairement aux idées reçues, c’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres femmes très investies dans les travaux publics, comme une responsable de laboratoire, une ingénieure travaux et une conductrice d’engin. « Lorsque j’ai vu la première voiture emprunter la section neuve de l’A16, j’ai pensé à la mission confiée par Sanef aux différents intervenants. C’est à ce moment que s’apprécie le sens de notre travail. »

 

Retrouvez le Portrait de Nadège Mérot dans la dernière lettre d'information.